Archives de la catégorie ‘Electronique’


J’ai lu sur pistonheads.com un gars appelé salgar qui avait utilisé un Raspberry Pi pour lire les données de sa moto via un lecteur USB OBD-II et j’ai pensé essayer ça sur voiture.

91zSu44+34L._SX466_
OBD ou On Board Diagnostics et OBD-II sont des standards pour la communication et la lecture de données depuis une voiture, standard sur la plupart des voitures modernes et vous avez probablement un connecteur dans votre voiture (après 2000) qui vous permet de lire toutes sortes de données comme régime, vitesse, température et un million d’autres choses.

8BYSsLF

Mise à jour – J’ai amené ce prototype à l’étape suivante et utilisé les données OBD pour surveiller la vitesse, la rotation moteur, la température et la position du papillon des gaz.

J’ai un câble d’interface USB vers OBD2 pour environ 20€. Choisissez-en un sur Priceminister ou Ebay.

usb obd
J’ai ensuite pris un fork du logiciel de salgar dans son dépôt github, https://github.com/roflson/pyobd, comme base de mon programme.
Le logiciel de salgar est un extrait d’un projet appelé pyobd, https://github.com/peterh/pyobd, une application basée sur une interface graphique pour la lecture de données OBD-II.

J’ai utilisé ceci comme base pour un programme qui se connecterait via l’interface OBD-II, «demanderait» à la voiture les capteurs qu’il supportait, puis lisait les capteurs de données en boucle toutes les 0,5 secondes et les écrivait à l’écran.

Je vois cela comme une première étape dans un projet d’enregistrement de données sur une voiture pour d’autres utilisations.

Télécharger et exécuter:
Vous pouvez télécharger le code directement depuis github, https://github.com/martinohanlon/pyobd, alors ouvrez un terminal et suivez les instructions:

sudo apt-get install python-serial
sudo apt-get install git-core
cd ~
git clone https://github.com/martinohanlon/pyobd
cd pyobd
python obd_capture.py

N’hésitez pas à me faire part de vos modifs, ajouts ou autres créations à partir de ce projet…


Tiens, j’avais pas encore publié mon projet de « réplique » de Sojourner commencé il y a 4 ans?
Ben c’est chose faite!
Entre divers projets commencés et publiés ici, pas encore finis par manque de temps, j’ai (enfin) décidé de continuer mon robot, grâce à Arduino qui me facilite grandement la tâche (ardue j’en conviens) au niveau électronique et language de programmation qui, à la base, devait tourner autour des microcontrôleurs PIC et de morceaux de robot Cybot.
Ca y’est, la partie méca étant bien avancée et plus fiable qu’au début du projet ainsi que la carte électronique proto avec le source du programme gérant les moteurs pas à pas bipo et les servomoteurs.
Bon, comme pour le reste, la suite viendra en temps et en heure!
Aller, un aperçu de l’engin fabriqué avec les « moyens du bord »…

Sojourner versus Arduino et DIY...

Sojourner versus Arduino et DIY…


Avant de poursuivre la construction de mon rover, copie du rover Sojourner qui avait ouvert la voie aux autres rovers sur Mars, je vais construire mon drone quadrimoteur à base d’Arduino et d’éléments de récupération.

Sur la base de ce que l’on peut trouver ça et là sur le net, entre les modèles en kit, les modèles assemblés en vente « prêt à jouer », les modèles fabriqués par imprimante 3D ou les modèles « maison », j’ai glané toutes les infos qui m’étaient nécessaires un peu sur tous ces sites et modèles, et décidé de tout me fabriquer moi même (sauf bien entendu ce que je ne peux faire).

Le but du jeu, quadri-moteur bi-pales, léger, Arduino, auto-stabilisation par gyro et accéléromètre, caméra 2.4ghz, pilotage soit par pc ou soit par radio-commande, autonomie intéressante.

Concernant les moteurs, je vais tester plusieurs méthodes, soit des blocs moteur/pignons/axe/pales de petit hélico Picooz, soit des moteurs spindle de lecteur cdrom avec pales de Picooz, soit des moteurs brushless RC avec pales RC.

Pareil, pour les pales, je vais essayer soit le  bipale de Picooz, soit un bipale acheté en magasin RC, soit un octuple pales de ventilateur de pc de 20cm de diamètre.

J’ai déjà commencé l’assemblage des quatre bras et du boitier qui recevra l’électronique.

_MG_6021<=Vue sur l’assemblage des bras sur une grille métallique de ventilateur de pc

 

_MG_6022<=Détail sur la découpe et l’ajustage des bouts de cornière alu

 

_MG_6023<=Rendu final du tout assemblé

 

C’est tout pour l’instant…
Prochaine étape, pré-assemblage de l’électronique et test des différents moteurs avec Arduino.

MEILLEURS VOEUX 2014!

Publié: 04/01/2014 dans Electronique

Meilleurs voeux 2014 !!!

Meilleurs voeux 2014 !!!


Une très simple antenne active peut être conçue en utilisant ce schéma qui est à base de transistors.

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce projet d’antenne électronique active est utile pour une large gamme de fréquences RF couvrant trois bandes RF: HF, VHF et UHF.
Cette simple antenne active est destiné à amplifier des signaux de 3 à 3000 mégahertz, dont trois gammes reconnues:
3-30Mhz (HF), 30-300Mhz (VHF-FM); 300-3000MHz (UHF).
Cette antenne active HF VHF UHF ne contient que deux éléments actifs: Q1 (qui est un
MFE201 MOSFET canal N à double porte) et T2 (qui est un transistor NPN 2SC2570 silicium VHF).
Ces transistors fournissent la base de deux états indépendants, pré-amplificateur RF et commutation.
Deux interrupteurs DPDT jouent un rôle majeur dans ce circuit, l’interrupteur S1 permet de sélectionner l’un des circuits pré-amplificateur soit HF ou soit VHF / UHF et l’interrupteur S2 est utilisée pour couper l’alimentation du circuit, en couplant la ligne antenne directement à l’entrée du récepteur.
Ce circuit doit être alimenté à partir d’une simple source 9V redressée filtrée stabilisée (ou une pile de 9 volts) et est très utile pour utiliser comme une antenne d’intérieure.


Ce schéma simple à commutation de circuits utilise un circuit intégré CD4011 câblé comme une bascule flip-flop.

Le CD4011 est un circuit CMOS et ne nécessite qu’un très faible courant pour contrôler ses portes.

Les broches 9 et 13 servent respectivement pour « marche » et « reset », connectées à la borne positive via R1 et R2, les portes logiques de l’IC seront en état ​​haut.

Lorsque les broches A et B sont connectées (touchées par la main), la porte de l’IC sera fermée.

Ceci commute le transistor Q1 et active la bobine du relais.

Quand nous touchons les broches C et D, les portes basculent et coupent le transistor ainsi donc le relais.

En touchant ces broches, le relais peut être activé et désactivé.

Ce circuit demande une tension de 12V DC, le relais peut être un 12V, 200 ohm.


Histoire de voir combien ca souffle, un petit montage s’impose, simple de surcroit.

Bâti autour d’un simple PIC 16F876 de chez Microchip cadencé à 16Mhz, nous aurons un capteur à effet Hall sur portC2 incorporé à l’anémomètre, libre à vous la création d’un modèle à tri coupelles monté sur roulements faible friction. Le meilleur serait d’équiper une des coupelles d’une petite ailette surtant du bord inférieur de cette coupelle et pointant l’extérieur, histoire de capter la direction approximative du vent et de l’afficher.

Une LED de visu de standby sur portB5.

Le RS232 sur portb6 et 7 (RX et TX) passant par un classique max232 ainsi que la commande de programmation sur portB4.

L’affichage des données pourront être envoyées sur un afficheur LCD alphanumérique de votre choix par portB0 à 3, enabling sur portC6, RS et RW respectivements sur portc4 et 5.

En dessous d’une pulsation/s du capteur Hall, pas d’affichage donc pas de vent…(on pourrait pousser plus haut mais, bon…)

Pour le fonctionnement, tout est dans le fichier assembleur qu’on peut trouver ici sur demande.(Et oui!)

Les données transiterons par RS232 via un pc sous XP (préférez) ou sous Vista, en NMEA si démarré le petit prog d’aquisition qu’on peut aussi trouver ici sur simple demande.

Bon vent!